topblog Ivoire blogs

12/08/2011

LES ÉMEUTES N’ONT PAS CESSÉ EN GRANDE-BRETAGNE

L’embrasement des quartiers populaires s’est étendu  en Angleterre,  alors que le Premier Ministre, David Cameron, annonçait sa main de fer…

Londres en état de siège ! Berlin, Rome, Paris, La Haye, Lisbonne et Madrid ont donné des consignes de prudence à leurs ressortissants. Hommes politiques et policiers britanniques ont écourté leurs vacances. Le Parlement déclare sa session ouverte. Cameron menace de faire donner l’armée !  On n’avait pas vu de telles émeutes depuis plus de 25 ans en Grande-Bretagne. La flambée de violence qui a débuté samedi n’a pas faibli, et mardi, le Premier ministre, rentré précipitamment de  vacances en Toscane (Italie), augmentait le nombre de policiers de 6 000 à
16 000 pour tenter d’endiguer la révolte. Des émeutes qui ont abouti hier à la mort d’un homme de
26 ans touché par balle et qui est décédé des suites de ses blessures. Des violences qui ont touché non seulement des quartiers sensibles et défavorisés, mais se sont aussi étendues à des secteurs résidentiels et aux villes de Birmingham, Bristol, Liverpool et même Manchester, touchée par les pires violences en 30 ans, selon la police locale, alors qu’elle en est familière avec ses hooligans de supporters. Par ailleurs, Londres a dû ajourner ses manifestations sportives. La Fédération anglaise de football, la FA, a annulé le match amical de mercredi entre l’Angleterre A et les Pays-Bas prévu à Wembley, pour déployer les forces de police, mobilisées d’ordinaire pour assurer la sécurité aux abords du stade.
Des matchs de Coupe de la Ligue anglaise ont également été annulés alors que la première journée du championnat anglais pourrait également être menacée. Même le sacro-saint cricket devait être sacrifié, la rencontre de cricket entre l’Angleterre et l’Inde devait se dérouler à Birmingham qui a également brûlé. Des scènes de guérillas urbaines avec une police qui a peiné à contrôler la situation, malgré un demi-millier d’arrestations à travers le pays. A l’origine de ces violences, la mort, le 4 août de Mark Duggan, 29 ans, un père de quatre enfants, tué par la police à Tottenham, un quartier pauvre de la capitale. Ces violences sont le fait de très jeunes manifestants, parfois âgés seulement d’une dizaine d’années, issus de la communauté noire, mais pas seulement. En revanche, tous viennent des quartiers les plus pauvres où le chômage est massif et les perspectives inexistantes. Un mouvement qui pratique tout à la fois, la casse et le pillage, bien différent, par exemple, des “indignés” espagnols déterminés mais pacifiques. Les jeunes casseurs britanniques utilisent eux aussi à fond les réseaux sociaux, au point où Cameron envisage de couper les réseaux du portable, comme Moubarak avant sa chute ou Bachar al-Assad, le boucher de

Damas